Nos actions

En 2020, deux chantiers s’ouvrent !

Village d’Ouzina le 4 mars 2020

  • Plantation d’une palmeraie de 120 palmiers de dattes extra (Aziza Bouzid
    et Boufeggous). Ces palmiers produisent plus de 35 kg chacun et génère
    plus de 5.000 DH de bénéfices. D’où la nécessité de focaliser sur cette
    variété
  • Clôture de la palmeraie
  • Réalisation de torchis sur les fours à pain et sur les murs

2019, des objectifs ambitieux

En accord avec les responsables locaux nous avons fait plusieurs actions au cours de cette journée :

Opération jardinage
– plantation de moringas, arbre adapté aux régions désertiques source d’aliments nutritifs et aux propriétés médicinales
– plantation de palmiers, afin d’apporter fraîcheur et humidité dans le jardin de familles d’Ouzina

Opération maçonnerie
– poursuite de la construction du mur d’enceinte de la palmeraie du village de Jdaïd
– enduit des façades de la maison des nomades
– réalisation des toitures pour les fours à pain

L’association le Défi du Cœur a également un grand projet :
Mettre en place une structure itinérante financée par notre association afin d’organiser une éducation populaire pour les enfants non scolarisés. En atteignant les enfants là où ils vivent, l’école mobile représente une solution alternative à long terme.
Cette école nomade que nous souhaitons inaugurer lors de l’édition 2019 avec vous toutes, aura pour objectif d’accueillir des enfants de 6 à 11 ans afin de leur fournir un enseignement du CP au CM2.
L’implantation de la future école nomade devra impérativement être localisée à une distance maximale de 15 km des lieux de vies des familles. Des pikala (vélos) seront mis à la disposition des enfants pour leur permettre de se rendre plus rapidement à l’école.

Une cagnotte Leetchi a été lancée pour financer ce projet.
Participez, partagez et diffusez auprès de vos familles, amis et collègues ou employeurs, nous avons besoin de vous !

Après la réussite de nos actions en faveur de la population du village de Jdaïd et l’enthousiasme que cela a suscité chez nos trekkeuses, nous devons poursuivre notre effort. Il reste encore beaucoup à accomplir pour permettre aux habitants de ce petit village reculé du Maroc, d’accéder aux choses essentielles du quotidien.

Les presque 130 palmiers plantés au mois d’avril sont destinés à une double fonction de production de dattes et d’agrément (ombre). Mais le terrain où ils ont été plantés est vaste et non clôturé. Cela pose un problème majeur, car les ânes du village viennent brouter les feuilles des jeunes plants qui ne pourront donc se développer. Il va falloir en urgence prévoir la construction d’un mur d’enceinte, afin d’empêcher ces animaux, adorables au demeurant, de réduire à néant le travail accompli. Un challenge de taille pour les trekkeuses 2018 !

Le Trek Elles Marchent™ se donne également pour priorité d’aider les femmes marocaines, véritables chevilles ouvrières de la communauté. Fabriquer le pain, base de l’alimentation, est l’une de leurs tâches mais Jdaïd ne dispose pas de four à pain. Voilà qui pourrait être une aide précieuse pour ces femmes et c’est pour cela que nous souhaiterions aider à sa réalisation.

Nous avons également pour projet la fabrication d’abreuvoirs à proximité des puits existants. Les animaux pourront ainsi s’y désaltérer sans pour autant contaminer l’eau de la nappe qui est consommée par les habitants. Ces abreuvoirs placés sur les routes fréquemment empruntées par les nomades, évitent à ces derniers d’effectuer de longs déplacements pour faire boire leur bétail.

Après plusieurs mois de réflexion et de recherche nous avons peaufiné les derniers détails des missions solidaires. Et il y en eu plusieurs.

La première mission fut de planter des palmiers à proximité du village de Jdaïd afin de faire pousser une palmeraie. Véritable oasis au milieu de nulle part !

La deuxième a été de recouvrir de pisé le mur d’enceinte de l’école du village de Jdaïd. Très défraichi, celui-ci avait un besoin urgent d’être recouvert d’une nouvelle couche. Plus de 20 mètres de mur à refaire !

Les trekkeuses ont donc eu pour mission de recouvrir les murs par un enduis en pisé (torchis). Les briques de pisé (mélange de terre et de paille) se dégradent avec les intempéries. Ce fut l’occasion pour elles de découvrir ce mode de construction traditionnel et ancestral. 

La troisième mission s’adressa aux trekkeuses faisant preuve d’un talent artistique en dessin/peinture. Leur défi a été de repeindre les murs d’une école et de créer une fresque murale. Un travail de réflexion et de préparation fut nécessaire en amont. 

Pour mener à bien ces missions et afin d’avoir une gestion du temps optimale, des équipes ont été constituées et des acteurs locaux sont venus encadrer chacune d’elles.

Cette participation active à ce geste de solidarité a contribué au développement de la population locale, tout le monde y pris du plaisir.

D’autres projets solidaires sont actuellement à l’étude et viendront en complément de ceux‑ci.

Chaque année les trekkeuses « Elles Marchent » s’engagent pour une cause. Le dernier jour du trek sera consacré à cette cause. Leur mission sera décidée en fonction des priorités et des besoins locaux en concertation avec des responsables marocains.

Actions menées lors des précédents treks :

  • 2014 : construction d’une maison pour une famille de nomades à Jdaid
  • 2015 : construction d’une salle d’eau dans la même maison